Ce mercredi 7 juin, en soirée, Emmanuelle nous avait accueillis toute souriante dans sa confortable maison rénovée offrant une vue imprenable et dégagée sur la Cité Plantagenêt et la cathédrale.
Attablés dans la cuisine donnant sur un espace de verdure enchanteur et bucolique, nous passâmes de précieux instants de convivialité à laisser glisser nos billes de stylo sur quelques feuilles de papier vierge comme des îles inexplorées.
Après quelques demi heures d’intense réflexion nous éprouvâmes le besoin pressant de reposer nos cerveaux chauffés à blanc. Ainsi quelques friandises et amuse gueules accompagnés de boissons, alcoolisées ou non, nous permirent de récupérer les calories perdues et de conclure vaillamment cette veillée littéraire de bonne tenue.
Franchissant le seuil de cette mancelle en sens inverse, chaque participant est reparti avec au fond de lui le souhait de renouveler cette formule.

Michel